Ici, rien n’a changé…

Entrer chez Lucie, c’est comme un retour vers le passé. Depuis toujours, j’ai rêvé de partager en images la vie de cette cousine éloignée. Cette paysanne du haut plateau d’Ardèche a construit sa vie autour du travail et de la nature environnante. Durant un an, au fil des saisons, nous allons à sa rencontre avec une caméra. Grâce à la complicité qui me lie à Lucie, aux nombreuses visites qu’elle reçoit, à son sens de l’humour conjugué au bon sens, nous sommes transportés dans un univers fait de simplicité… Nous ramenant à l’essentiel.

Background

DES AVANT-PREMIÈRES

DANS TOUTE LA FRANCE

> VOIR LE FILM

LUCIE

DANS LA PRESSE

> LA REVUE DE PRESSE DU FILM

 

“Un plongeon dans une vie d’authenticité et de simplicité”

France Inter – Christine Siméone

“Attachante et boulversante”

France 3 Rhône-Alpes – Yannick Kusy

“Un vrai bonheur de vivre”

RCF – Claude Carrez

LUCIE

Une vie laborieuse, humble, mais libre

LUCIE (1916-2010) a traversé tout un siècle dans une grande simplicité, une vie seulement rythmée par les saisons et par les multiples travaux de la terre qui les accompagnent.

Elle a vécu, vieilli là ou elle est née, dans cette solide bâtisse de pierres, au toit de lauzes, à la charpente plusieurs fois centenaires. Elle y restera jusqu’au dernier jour de sa vie grâce à la solidarité des gens du plateau.

C’est une vie au naturel qu’elle a choisi, une vie marquée par une grande rusticité, beaucoup de sobriété et de rudesse ; l’eau claire du bassin était bien froide les mauvais jours et la chaleur du vieux poêle bien légère au cœur de l’hiver. Lucie était viscéralement attachée à sa terre, habitée par beaucoup d’humilité, animée par la foi du charbonnier.

Pour Lucie et sa sœur Vasthie, avec qui elle a vécu en symbiose jusqu’en 2002, pas question de modifier l’exploitation familiale. Peu à peu le troupeau a disparu, arbres et ronces ont envahit terrasses et prairies. Mais c’est à “Dieu” qu’elle abandonne leur sort, le laissant décider de ce qu’il adviendra.

Dans cette vie de labeur, Vasthie et Lucie se sont forgées des certitudes. Inséparables, elles se sont protégées mutuellement du monde extérieur. Lucie a résisté, sereine au temps et aux artifices de notre époque, lucide et pleine de bon sens. Elle a su se satisfaire de l’essentiel.

Background

10 ANNÉES POUR ARRIVER
DANS VOTRE CINEMA

Les coulisses du tournage

Le tournage a eu lieu en 2009 avec une seule caméra. Tout a été filmé spontanément, les visites n’étant pas préparées à l’avance. Nous avons suivi le cours de la vie de Lucie naturellement. Elle aimait que je vienne la filmer, et mine de rien en était très contente. Elle savait qu’elle appartenait à un autre temps et m’a offert son entière confiance.

Il a été nécessaire que j’apparaisse dans le film afin de converser avec Lucie tout en lui permettant de garder son naturel. Aussi jouant le rôle de confidente, pour marquer à l’image cette complicité, j’ai fait le choix de garder les « OFF » du film, ces moments de vie où le tournage se joue dans le film.

Le parti pris de réalisation a été de laisser à l’image le temps au temps, et parfois des silences…Nous respirons au rythme de Lucie, lenteur de l’image révélant la sagesse d’une vie accomplie…

Les images Super 8… de 1977 !

Des anonymes retrouvés !… Lors des projection en Ardèche, que d’émotions lorsque certaines personnes reconnaissent leurs proches sur les images super 8, retrouvant un proche disparu…

C’est mon grand-père qui a tourné ces belles images Super 8 lors de l’été 77. La séquence des hommes du villages se rassemblant autour de la batteuse est emblématique du temps où les voisins des hameaux proches étaient solidaires. Nous y découvrons une agriculture encore manuelle : les foins, les terrasses encore entretenues, le travail des bêtes, la dernière batteuse du XXeme siècle, la nostalgie des vacances au bout du monde et de l’homme qui travaille avec la nature. La nostalgie d’un temps révolu.

La Musique Originale

En 2017, je rencontre Hugues Laurent le nouveau locataire de « Chez Lucie ». Destin ou hasard ? Il est auteur, compositeur et pianiste. Je partage avec lui le souhait d’une musique originale pour le film en construction. Je rêve depuis toujours de piano pour Lucie.…C’est en janvier 2018, lorsque la première version du film émerge, qu’Hugues Laurent découvre LUCIE et décide de se lancer sans hésiter dans l’aventure, touché par ce personnage authentique. C’est ainsi que la BO est née, à Malfougères. Lucie ne pouvait trouver meilleur interprète pour donner à ce film un supplément d’âme.
Ce sont trois générations qui désormais cohabitent dans cette maison, redonnant vie au hameau.

Un film indépendant et auto-produit

J’ai gardé les images bien précieusement durant 9 ans, espérant un jour trouver le temps de réaliser ce film. Puis en 2018 je me suis jetée à l’eau pour que naisse de ces images une histoire, celle de Lucie. Je n’ai attendu aucun financement puisque c’était une histoire
de coeur entre Lucie et moi…

Alors MERCI à tous ceux qui ont participé !

Bande Originale Hugues Laurent
Opérateur prises de vue Sandro Lucerna
Opérateur prise de son Bernard Crozas
Montage et étalonnage Sophie Loridon
Mixage son Laurent Mollard, Gaïne Audio
Super 8 Georges Terraz
BA et graphisme Gulsah Keles
Conception DVD Denis Cugnod
Production CINEDIA

CONTACTEZ L’ÉQUIPE DU FILM